Palmafrique

Abidjan - Côte d'ivoire,
Boulevard Valery Giscard d'Estaing
Immeuble GANAMET
E -mail: infos[@]palmafrique.ci (225) 21 28 20 02 / 21 21 13 50

Vous êtes ici : La veille Palmafrique » Revue du 12 septembre 2013 : Huile de palme durable ou ordinaire ?


Revue du 12 septembre 2013 : Huile de palme durable ou ordinaire ?


Les acteurs africains se mobilisent autour de l’huile de palme au Gabon pendant que la polémique sur le produit fait toujours la une de l’actualité agro-industrielle. Huile de palme durable ou ordinaire que choisir ? Tout semble désormais résider dans le mode de culture. 

PALMIER A HUILE – HUILE DE PALME

  1. L’huile de palme africaine coule vers Libreville – 11 septembre 2013 – Loïc NtoutoumeAprès Accra au Ghana en 2012 avec son immense succès, le tour vient d’échoir à Libreville pour abriter la deuxième édition de la conférence de l’huile de palme en Afrique. Prévue du 17 au 19 octobre 2013, cette plaque tournante de l’investissement portera sur la durabilité et la viabilité du palmier comme modèle commercial dans la région…Accédez à l’intégralité de l’article.

  2. (Belgique) Huile de palme : Damien Thiéry, député, réclame des actions de sensibilisation destinées aux enfants – 2013 – FDF…Damien Thiéry se réjouit de constater à la lecture de l’avis (récent du Conseil Supérieur de la Santé relatif à la problématique de l’huile de palme) que la législation européenne obligera à indiquer la source des huiles à partir de décembre 2014 alors que jusqu’à présent l’huile de palme était souvent référencée sur l’étiquetage des produits alimentaires sous l’appellation « huiles végétales »En effet, selon Damien Thiéry, « la présence en proportion substantielle d’huile de palme dans bon nombre d’aliments (pâtes à tartiner, pâtisseries salées et sucrées, biscuits salés et sucrés) consommés par la grande majorité d’habitants du pays doit amener nos autorités à prendre les recommandations du Conseil Supérieur de la Santé avec le plus grand sérieux »Accédez à l’intégralité de l’article.

  3. Éviter autant que possible l’omniprésente huile de palme, recommande le CSS belge – 9 septembre 2013 – PsychomediaDans un avis publié lundi, le Conseil supérieur de la Santé (CSS) de Belgique recommande de limiter la consommation d’aliments contenant de l’huile de palme…Cette huile est souvent référencée de façon cachée sous le label « huile végétale » sur les étiquettes des produits alimentaires. A partir de décembre 2014 toutefois, une modification de la législation européenne obligera enfin l’industrie à indiquer la source des huiles… Le CSS recommande de limiter les apports de ces gras à un maximum de 8% des apports énergétiques quotidiens. Il est recommandé de privilégier les aliments qui contiennent de l’huile d’olive et d’autres huiles végétales telles que colza (canola), maïs, tournesol, soja…Accédez à l’intégralité de l’article.

  4. L’huile de palme et ses effets néfastes – 9 septembre 2013 – Terre sacrée…Le CSS plaide enfin pour que des recherches approfondies soient menées en Belgique pour déterminer les contributions respectives des différentes denrées alimentaires aux apports en acides gras saturés, notamment athérogènes, tant chez les enfants que chez les adultes…Accédez à l’intégralité de l’article.

  5. La « taxe Nutella » sur l’huile de palme, encore une obsession française – 4 septembre 2013 – Tancrède VoituriezL’huile de palme « ordinaire » serait lourdement taxée, tandis que l’huile de palme « durable » le serait moins – ou ne le serait pas du tout…Pareille éventualité est improbable, pour au moins deux raisons. La première est que l’huile de palme « durable » n’est « durable » qu’en vertu de certifications et autres labels, lesquels relèvent d’initiatives volontaires et privées. Achète et vend de l’huile de palme certifiée « durable » (pour faire court) qui veut…L’alternative pour la France et l’Europe serait d’interdire l’importation d’huile de palme « traditionnelle » (et mécaniquement généraliser l’importation d’huile de palme certifiée « durable ») en se protégeant derrière l’article XX du Gatt dit des « exceptions générales ». Et en particulier l’alinéa b) qui justifie les restrictions aux importations pour des motifs de « protection de la santé et de la vie des personnes et des animaux ou la préservation des végétaux »…Or la non-discrimination est illusoire, à moins d’interdire toutes les importations d’huile végétales qui selon différents procédés sont peu ou prou substituables entre elles. Et la nécessité est tout aussi difficile à établir, les interdictions européennes d’importation d’huile de palme ne réglant pas les problèmes cardio-vasculaires de nos concitoyens et encore moins les problèmes respiratoires des Singapouriens envahis par les fumées des feux de plantation indonésiens…Accédez à l’intégralité de l’article.

  6. Huile de palme : la “taxe Nutella“ va-t-elle ressortir du pot ? – 2 septembre 2013 – Marina TorreLe groupe écologiste au Sénat compte défendre à nouveau l’idée d’une taxe sur l’huile de palme dans le cadre du projet de loi de finances de la sécurité sociale 2014. L’an dernier, cette proposition qui avait reçu le surnom de “taxe Nutella“, avait été particulièrement décriée. Au point d’être abandonnée…Accédez à l’intégralité de l’article.

GOUVERNEMENT

Primature / Première réunion du conseil de concertation Le secteur privé au centre de la stratégie de développement économique et social de la Côte d’Ivoire – 9 septembre 2013 – DC (L’Intelligent d’Abidjan)

Le Premier ministre Daniel Kablan Duncan a échangé  le vendredi 6 septembre 2013, avec le secteur privé ivoirien dans le cadre de la première réunion  du conseil de concertation, instance du comité de concertation Etat/secteur privé (CCESP)…Les échanges qui ont duré 2 h de temps ont porté essentiellement sur la réforme du Transit Routier Inter Etats ; la nouvelle procédure d’exportation par voie maritime; la revalorisation de la redevance de sûreté portuaire ISPS ; la revalorisation de la redevance des terrains industriels. Autres points également abordés : la participation du secteur privé national au Forum ICI (investir en Côte d’Ivoire) 2014 ; le financement du PND (Plan national de développement) 2012-2015 ; et l’étude prospective Côte d’Ivoire 2040 élaborée par la confédération générale des entreprises de Cote d’Ivoire (CGECI)…«L’objectif recherché est d’accroître les investissements globaux de 12,5% du PIB en 2012 à 25% en 2015, en portant la part du secteur à 65-70% contre moins de 50% actuellement », a fait savoir le président du conseil de concertation. Il a souhaité ainsi une forte implication du secteur privé ivoirien au forum ICI 2014. Une grande bourse des investissements qui permettra la rencontre de plus de 3000 investisseurs de tous les continents…Accédez à l’intégralité de l’article.

INNOVATION AGRICOLE

  1. Première édition de la journée du paysan/ pour accroître le rendement des cultures cacaoyères : trois technologies innovantes présentées aux agriculteurs – 9 septembre 2013 –DC (L’Intelligent d’Abidjan)…Il s’agit de la technologie basée sur la replantation totale du verger qui consiste à couper et à remplacer entièrement le verger vieillissant non productif par une variété productive notamment le cacaoyer Mercedes ; la technologie basée sur la fertilisation des vieux champs de cacao qui consiste en la bonne utilisation des produits homologués et enfin la technologie de greffage sur les vieux cacaoyers…Accédez à l’intégralité de l’article.

  2. Production locale de bioénergie au Sud : quel impact sur la vie des populations rurales ? –  20 août 2013 – CiraDans les pays du Sud, la valorisation locale de la biomasse en énergie est considérée comme un facteur de développement et un moyen de lutte contre la pauvreté, en particulier dans les zones rurales. Les impacts potentiels de ces nouveaux systèmes énergétiques locaux sur les conditions de vie des populations sont susceptibles d’orienter les trajectoires d’innovations de ce secteur. Pour contribuer à cette synergie, le Cirad a lancé un programme de recherche pluridisciplinaire et interinstitutionnel à Madagascar, au Burkina Faso, en Amazonie brésilienne et au Mali. Ses résultats, contrastés, mettent en avant l’importance de la gestion des installations et de l’approvisionnement dans la réussite de ces systèmes de production d’énergie…Accédez à l’intégralité de l’article.

  3. Transformer une savane en cacaoyère, c’est possible – 19 juillet 2013 – CiraAu Cameroun, les agriculteurs parviennent à cultiver le cacaoyer sur des savanes. Pour transformer ces savanes, a priori impropres à la cacaoculture, en cacaoyères productives et durables, ils associent successivement le cacaoyer à des cultures vivrières et à plusieurs espèces d’arbres fruitiers et forestiers. Fondée sur les services écosystémiques de ces associations, cette technique d’agroforesterie pourrait être payante pour les pays producteurs de cacao dans un contexte de changement climatique…Accédez à l’intégralité de l’article.

INVESTISSEMENT EN AFRIQUE DE L’OUEST

  1. Le consommateur émergent, nouvelle frontière de l’investissement - 10 septembre 2013 – Agence EcofinLeapFrog Investments, un gestionnaire de fonds sur les marchés émergents, annonce le closing de son deuxième fonds, LeapFrog Fund II qui investira 204 millions $ dans des sociétés financières à forte croissance en Afrique et en Asie, positionnés sur le marché des « consommateurs émergents ». « Le consommateur émergent représente une opportunité de croissance importante », a déclaré Lata Reddy, vice-président de Prudential, l’un des contributeurs du fonds. «La pénétration des services financiers au sein de ce segment est faible, le besoin de produits est élevé et la concurrence est encore limitée (…) L’équipe a démontré que les investissements dans les services financiers qui ciblent les consommateurs émergents peut donner des performances tout en transformant les communautés » a ajouté Lata Reddy…Accédez à l’intégralité de l’article.

  2. Tiger Brands veut s’installer en Côte d’Ivoire à travers Chococam – 6 septembre 2013 – Agence EcofinLes chocolateries et confiseries du Cameroun (Chococam) envisagent de créer une succursale en Côte d’Ivoire, a révélé l’ambassadeur de Côte d’Ivoire au Cameroun, Adama Dosso, dans une interview au quotidien gouvernemental Cameroon Tribune. Le diplomate ivoirien indique par ailleurs que des entreprises camerounaises telles que les laboratoires Biopharma, spécialisés dans la fabrication des produits cosmétiques, ainsi que Les Meubleries du Cameroun, qui produisent le mobilier de bureau et de maison, sont déjà installées sur le marché ivoirien…Accédez à l’intégralité de l’article.