Palmafrique

Abidjan - Côte d'ivoire,
Boulevard Valery Giscard d'Estaing
Immeuble GANAMET
E -mail: infos[@]palmafrique.ci (225) 21 28 20 02 / 21 21 13 50

Vous êtes ici : La veille Palmafrique » Revue du 5 septembre 2013 : l’huile de palme…un mal nécessaire…un bien à préserver !


Revue du 5 septembre 2013 : l’huile de palme…un mal nécessaire…un bien à préserver !


Bien que mal aimé, l’huile de palme continue de faire le bonheur des industriels et de remporter des batailles dans la protection de l’environnement. La preuve 6 consortiums se mobilisent pour une palme-culture durable dans un contexte mondial marqué par une politique d’agriculture durable.

PALMIER A HUILE – HUILE DE PALME

L’huile de palme : un fléau très rentable… pour ceux qui ont fait de sa critique leur fonds de commerce médiatique – 1er septembre 2013 – Stéphane Adrover

Produire et commercialiser des huiles de qualité certifiée« Un fléau si rentable : vérités et mensonges sur l’huile de palme », essai d’Emmanuelle Grundmann paru le 28 août, illustre bien la désinformation scientifique à l’œuvre sur le sujet des palmiers à huile… Selon un expert du CIRAD, la part de la déforestation indonésienne directement imputable à la culture de palmiers à huile entre 1990 et 2005 est seulement de 3 millions d’ha, sur les 21 millions disparus…Accédez à l’intégralité de l’article.

PUISSANCE PUBLIQUE

Secteur agricole : Les exploitants répertoriés – L’Expression N°1212 du Mercredi 28 août 2013 – K.S.

Le ministère de l’Agriculture lancera le projet de Recensement des exploitants et exploitations agricoles (Reea). Une initiative qui aidera à avoir une base de données nominative permettant d’établir le fichier des exploitants agricoles par filière… La phase pilote débutée le 25 août doit prendre fin le 2 septembre…

LABEL RSPO

  1. La Malaisie va lancer un label « vert » pour son huile de palme – 3 septembre 2013 – Zonebourse.comLa Malaisie lancera d’ici l’an prochain un label « vert » pour son huile de palme, dans l’espoir d’atténuer les critiques qui dénoncent la déforestation provoquée par cet ingrédient largement utilisé dans l’agroalimentaire. L' »huile de palme durable Malaisienne » (MSPO) sera la norme au niveau national à partir de 2014 et définira une série de critères que les producteurs devront respecter s’ils veulent que leurs produits soient certifiés « durables »… Pour l’heure, les normes « vertes » sont fixées par un groupement, le RSPO (Roundtable on Sustainable Palm Oil), qui rassemble producteurs, consommateurs et défenseurs de l’environnement mais Kuala Lumpur juge le label RSPO trop onéreux à appliquer et trop compliqué…Accédez à l’intégralité de l’article.

  2. Les industriels optent pour l’huile de palme durable – 3 septembre 2013 – Joël CossardeauxL’Alliance promet aussi d’œuvrer pour une certification plus stricte. Le label RSPO est parfois critiqué en raison d’un certain laxisme sur les critères d’attribution et les contrôles de traçabilité…Accédez à l’intégralité de l’article.

  3. Alliance pour une huile de palme durable – 2 Septembre 2013 – Le Figaro avec AFPSix entreprises (Ferrero, Nestlé, Unilever, Vandermoortele, CSM, Cérélia) et trois organisations professionnelles (Association nationale des industries agroalimentaires, Alliance 7 et la Fédération nationale des industries de corps gras) forment à ce jour cette Alliance. « Elles s’engagent à utiliser d’ici 2015 une huile de palme qui réponde aux critères de durabilité définis par la RSPO (Round Table on Sustainable Oil) », indique l’Alliance dans un communiqué. L’Alliance veut aussi promouvoir cette huile de palme certifiée auprès des PME du secteur et « favoriser la mise en place d’un système de traçabilité performant »…Accédez à l’intégralité de l’article.

  4. Huile de palme : des industriels français forment une Alliance – 2 Septembre 2013 – La Rédaction rtl.frUn an après l’offensive parlementaire contre l’huile végétale, des industriels ont décidé de créer une Alliance française pour une huile de palme durable. D’ici 2015, ces industriels s’engagent à utiliser seulement l’huile produite avec certaines garanties sociales et environnementalesAccédez à l’intégralité de l’article.

  5. Des industriels français veulent promouvoir une huile de palme « durable » – 2 septembre 2013 – Lemonde.frActuellement, près de 15 % de l’huile de palme produite est certifiée durable par la RSPO, parfois critiquée pour ses critères d’attribution et ses contrôles jugés trop laxistes. « Le système est perfectible, notamment sur les enjeux écologiques, mais nous allons œuvrer pour que la RSPO soit plus stricte », a assuré Marc Toussaint, porte-parole de l’Alliance, qui entend aussi mettre en place « un système de traçabilité performant ». Selon lui, la France consomme environ 130 000 tonnes d’huile de palme par an, dont environ un quart est certifiée par le label RSPO. « Malgré un surcoût d’environ 2 %, le message passe et le début 2013 marque une forte progression en faveur de l’huile durable », avance Marc Toussaint…Accédez à l’intégralité de l’article.

INNOVATION AGRICOLE

  1. Une nouvelle initiative conciliant Agriculture et Préservation (traduit de l’anglais) –  Août 2013 – Fabiola OrtizDe prestigieux scientifiques et des leaders d’organisations consacrées à la préservation de la biodiversité ont lancé une initiative destinée à promouvoir une nouvelle approche de l’agriculture… L’initiative ‘’Rapprochement Agriculture et Conservation’’ a été lancée en Juillet, à Rio de Janeiro, par un groupe de dirigeants du monde agricole, de la conservation et de la durabilité… L’objectif est de recueillir, pendant deux ans, les preuves scientifiques des travaux de 25 chercheurs dans différentes parties du monde, et de présenter à la communauté internationale et aux gouvernements, des mesures économiquement viables… «Le Brésil a réussi à transformer de vastes étendues de sols pauvres et arides en zones fertiles. C’était notre première révolution,» a déclaré Lopes. «Ensuite, nous avons ‘’tropicalisé’’ des cultures: nous avons acheté des ressources génétiques provenant de différentes parties du monde et avons créé le concept d’agriculture tropicale.»… L’objectif de cette nouvelle initiative est de «chercher des solutions différentes qui peuvent aider à résoudre plus d’une équation, à la fois locale et mondiale. Nous pouvons identifier les pratiques de production qui peuvent préserver la biodiversité, réduire l’impact écologique et maintenir ou améliorer les rendements. Nous pouvons identifier les cultures qui permettront d’améliorer la nutrition et de fournir des services écologiques», a déclaré Tutwiler à Tierramérica…Accédez à la version originale.

  2. Quand les déchets ménagers améliorent la productivité agricole – L’Inter N°4570 du Mercredi 28 Août 2013 – Bertrand GueuSi jusque-là les agriculteurs sont habitués à utiliser l’engrais chimique pour leurs différentes cultures, une alternative bien pratique et peu coûteuse pourrait les intéresser. Un projet en cours dans la commune de Tiassalé, est en passe de donner des résultats probants… Ce projet consiste à produire de l’engrais organique à partir des déchets de ménage. Il a été développé par un groupe de jeunes encadrés par la Plate-forme des services de la région. Cette expérience consiste, selon les explications du coordinateur Lazare Tagro, à utiliser les sépultures de légumes et de fruits non traités ainsi que les feuilles de gazon taillé pour en faire du compost…

INVESTISSEMENT EN AFRIQUE DE L’OUEST

  1. Le 9eme EMA Invest proposera une rencontre entre l’Afrique et la place financière de Genève – 24 août 2013 – Agence EcofinLes grands traders suisses ont déjà commencé à investir significativement en Afrique. Vitol investit dans l’amont pétrolier (Côte d’Ivoire, Ghana, Gabon, Cameroun…) et dans la distribution via son réseau Vivo Energy. Novel a récemment misé près de 200 millions $ dans la filière rizicole du Nigeria, en partenariat avec l’Etat du Sokoto. Louis Dreyfus Commodities a également annoncé des investissements conséquents dans l’agriculture au Mali et en Côte d’Ivoire. AOG Group a développé, via son entité Addax Bioenergy, un vaste projet de biocarburant en Sierra Leone (267 millions $). A travers sa nouvelle entité Oryx Energies il entreprend dans le négoce, le stockage et la distribution d’hydrocarbures, alors qu’Oryx Petroleum se charge de l’amont. Sans oublier le géant Glencore Xstrata qui vient d’investir plus de 5 milliards de dollars dans les secteurs miniers de Zambie et de RD Congo. Quant aux gérants de fortune suisses, ils ont commencé à s’initier à l’Afrique à travers plusieurs fonds, géographiques ou sectoriels (voire notre page Fonds)…Accédez à l’intégralité de l’article.

  2. Energie / Projet CIPREL IV : la Côte d’Ivoire obtient un prêt de 178 milliards de franc CFA – 3 septembre 2013 – DiasporanewsUn prêt de 178 milliards de franc CFA a été octroyé à la Côte d’Ivoire par les bailleurs de fonds internationaux pour le financement de la phase B du projet d’extension de la CIPREL IV…Accédez à l’intégralité de l’article.