Palmafrique

Abidjan - Côte d'ivoire,
Boulevard Valery Giscard d'Estaing
Immeuble GANAMET
E -mail: infos[@]palmafrique.ci (225) 21 28 20 02 / 21 21 13 50

Vous êtes ici : AgroCiv » La fusariose, le « sida » du palmier à huile


La fusariose, le « sida » du palmier à huile


C’est la maladie la plus grave du Palmier à Huile. La fusariose est due à un champignon du sol : le Fusarium Oxyporum f.sp. elaeidis (FOE). Elle s’attaque aussi bien aux palmiers adultes qu’à ceux de replantation, et même, rarement cependant, aux jeunes palmiers dans les extensions en savane. Les signes de la fusariose sont découverts pour la première fois en 1946 par le botaniste britannique Claude Wilson Wardlaw au Congo Belge (Actuelle République Démocratique du Congo).

Comment se manifeste la fusariose ?

Les symptômes externes de la fusariose varient en fonction de l’âge de la plante. Chez le palmier à huile adulte, ils sont de deux ordres : les symptômes typiques et les symptômes chroniques.

Pendant la manifestation des symptômes typiques, on observe un dessèchement des palmes (feuilles) basses. Le rachis se casse à environ 1/3 de la base de l’arbre et les feuilles pendent le long du stipe. La croissance des jeunes feuilles est alors ralentie. Celles-ci changent de couleur et deviennent jaune verdâtre et sont souvent rabougries. En général, les arbres meurent après les premiers symptômes, lorsque tout le feuillage se dessèche.

Palmier malade

Le stipe rétrécit et devient comme une pointe de crayon.

Lors des symptômes chroniques, les arbres atteints de symptômes typiques ne meurent pas. Le stipe rétrécit et devient comme une pointe de crayon. La production diminue ou encore l’arbre ne produit plus. Le palmier peut survivre plusieurs années, mais sa mort survient généralement à a faveur d’une saison sèche accentuée.

Chez les jeunes palmiers, l’on observe d’abord le jaunissement, puis le brunissement d’une feuille moyenne de la couronne. Cette coloration gagne ensuite les feuilles voisines de même niveau, puis les feuilles basses.

Quelques arbres atteints meurent rapidement ; d’autres survivent et émettent des feuilles courtes, plus ou moins dressées ; le palmier pousse lentement et ne produit pas. Certains jaunissements non accompagnés de dessèchement disparaissent totalement et la croissance du plant redevient quasiment normale. Sur une pépinière de palmier à huile, la fusariose se manifeste de façon exceptionnelle. Elle intervient après inoculation du champignon au niveau des racines. Les jeunes feuilles se rabougrissent et finissent par jaunir.

Pour observer les symptômes internes de la fusariose, selon que le palmier soit jeune ou adulte, on procède à la coupe du bulbe ou du stipe. Si l’on constate un brunissement des vaisseaux, alors le palmier est infecté.

Diagnostic et traitement de la fusariose

En plantation, on détecte la fusariose en recherchant les symptômes internes après l’apparition des symptômes externes. En outre, consulter un spécialiste permet de confirmer ou infirmer le diagnostic de fusariose.

A ce jour, il n’existe aucun traitement chimique de cette maladie. Pour combattre sa propagation, des semences améliorées (tolérantes à la fusariose) sont produites et distribuées aux producteurs. Cette méthode reste la méthode de lutte la plus utilisée.

Pour aller plus loin, téléchargez la Fiche Technique du  CNRA sur la fusariose du palmier à huile (PDF).